Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DENT de SAGESSE

DENT de SAGESSE

Exprimer et faire circuler de l'énergie info. sous différents angles

écoutez comme on écoute le chant des oiseaux

Rouge-gorge

Rouge-gorge

Cohérence ..

 

" Si vous devenez confus en m’écoutant, cela signifie que vous m’avez entendu. Plus vous êtes intelligent, plus vous deviendrez confus. Et j’utilise la contradiction comme une technique, je ne cesse de me contredire. Pourquoi dois-je me contredire ? Je n’enseigne pas une philosophie ici. Le philosophe doit être très cohérent — impeccable, logique, rationnel, toujours prêt à argumenter et prouver ses déclarations. Je ne suis pas un philosophe. Je ne suis pas ici pour vous donner un dogme cohérent auquel vous pouvez vous accrocher. Tout mon effort est de vous amener au non-mental.


Soyez parfaitement lucide à ce sujet. Mon effort n’est pas de renforcer un mental résolu, mon effort est tout le contraire de cela : vous donner un état de non-mental — un état qui n’a aucune connaissance, un état qui ne fonctionne pas à partir de connaissances, un état d’innocence. J’utilise la contradiction comme un moyen.

Je dis une chose ; avec votre
vieille habitude, vous vous y accrochez. Le lendemain, je dois la contredire. Quand je la contredis, vous devez l’abandonner. Mais vous pouvez vous mettre à vous accrocher à la chose nouvelle que j’ai dite ; Je vais devoir la contredire à nouveau. Cela continuera, vous continuerez à vous accrocher à ceci, à cela.

Un jour, tout à coup, vous prendrez conscience de ce qui se passe. Je ne vous permets pas de certitude, rien à quoi vous accrocher. Si je me contredis, à quoi cela sert de s’accrocher à tout ? Alors, pourquoi ne pas attendre ? Je vais dire le contraire, et puis vous devrez abandonner cela, et c’est pénible. Une fois que vous vous accrochez à une chose et puis que vous l’abandonnez, c’est pénible, cela crée de l’anxiété.


Ainsi, ceux qui m’écoutent depuis longtemps, ne font qu’écouter. Ils écoutent, tout simplement, ils ne s’y accrochent pas. Ils savent parfaitement bien, maintenant qu’ils sont conscients du jeu, que demain je vais contredire. Alors pourquoi transporter cela pendant vingt-quatre heures ? La pénibilité de porter ce poids, et puis la pénibilité de l’abandonner…


Lentement, lentement, il apparaît à votre conscience qu’il n’est pas nécessaire de s’accrocher – cet homme se contredit. Cet homme est incohérent
de manière consistante. Une fois que vous avez compris cela, vous m’écoutez comme on écoute de la musique. Vous m’écoutez comme on écoute le vent qui passe à travers les
pins, vous m’écoutez comme on écoute le chant des oiseaux au matin...

Osho
Book of wisdom, chap 26

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article